Animateurs d'ateliers d'écriture - Formation L'ESPRIT LIVRE - Jocelyne Barbas
Bonjour et bienvenue sur ce forum !
Pour vous connecter, créer votre compte. N'oubliez pas de valider
le lien d'activation dans le mail envoyé par le moteur du forum

Démarrer un atelier d'écriture

Aller en bas

Démarrer un atelier d'écriture

Message  Admin le Dim 3 Jan - 16:28

Il existe mille manières de débuter un atelier d'écriture.

En général je privilégie la découverte de l'écriture. Vous êtes sans doute sûr de savoir de ce que signifie écrire. Je l’étais tout autant que vous. En dix ans de lecture, j’ai recensé différentes manières d’utiliser l’écriture chez les auteurs. Au bout de trois cent citations, l’évidence s’était imposée depuis longtemps. L’écriture est à la pensée, ce que le couteau suisse est au campeur ! Toute la vie cérébrale est mise en branle lorsque l’on écrit…
Je ne connaissais de l’écriture l’espace d’expression que j’avais moi-même investi. Mes limites étaient celles de mes connaissances et de mes pratiques. Toute cette ignorance se révélait comme de nouveaux espaces à explorer. L’atelier était un excellent moyen de rompre la solitude durant ces investigations.

La première de mes découvertes était de savoir comment on pouvait saisir l’écrit comme un moyen d’expression personnelle.
L’évidence voudrait nous faire croire que l’écrit est un moyen d’expression à la disposition de tous, acquis depuis le plus jeune âge à l'école. Il n’en est rien. De nombreuses personnes n’utilisent pas l’écrit, ni d’autres activités artistiques d’ailleurs, comme un moyen d’expression personnelle.
L’écrit est tout d’abord la langue de l’évaluation et des punitions, de l’obligation. On rend ses devoirs, une copie lors d’épreuves scolaires. Cette communication écrite s’effectue sans réel destinataire puisqu’il ne s’agit pas de communiquer mais d’apporter la preuve que l’on sait quelque chose sur un sujet ou que l’on est capable d’effectuer des opérations mentales répertoriées dans un programme, une progression à un âge défini. A l’école, le passage à l’écrit va de soi, comme s’il s’agissait d’une simple traduction organisée de la langue orale en un temps limité. Penser, parler, rédiger. Tout est confondu. A bien y regarder cette communication écrite est particulièrement fallacieuse puisque la personne n’est pas invitée à s’exprimer d’une part, et d’autre part, par consensus, elle s’interdit de le faire. Ce n’est pas le but. Hormis une notation et un avis, aucun professeur ne répond aux écrits des élèves. Ceux-ci finissent par écrire pour satisfaire les professeurs selon un cahier des charges implicites. Ils repèrent ses goûts, ses faiblesses et adaptent leurs efforts à leurs comportements en conséquence. Hormis pour les bons élèves, l’école n’est pas le lieu où l’écriture acquiert ses lettres de noblesse. C’est « chiant », « trop intellectuel », « une vraie prise de tête ». L’écriture formatée, réduite à la répétition de modèles, ennuie, rebute, décourage. Le seul contentement est celui de s’être acquitté de cette corvée, d’avoir terminé et d’être libéré.

Remplaçons maintenant le mot « écriture » par ces connotations dans l’expression consacrée « atelier d’écriture ». Nous obtenons le niveau de motivation que l’on peut rencontrer au démarrage d’un atelier ! L’animateur ne suggère pas seulement une activité nouvelle, mais une proposition dissonante par rapport à ce qu’ils connaissent, puisqu’il est question de prendre du plaisir à écrire. Les participants constatent que ce qu’ils savaient de l’écrit n’est plus valable dans un atelier d’écriture Cette déstabilisation provoque en général ce type de discours.

- Combien de lignes, madame ?
- Ce n’est pas une punition. Autant que tu veux !
- Mais je fais des fautes d’orthographe
- Ce n’est pas grave. On verra cela après ensemble.
- Et on sera noté ?
- Non.
- Cela va servir à quoi, alors ?
- A vous exprimer. A bon ?
- Et on pourra écrire ce que l’on veut ?
- Oui, dans la limite de la politesse
- On a combien de temps ?
- Le temps nécessaire, voyons… 15 minutes.
- Alors là, je ne vois pas du tout ce que je pourrai écrire en si peu de temps. Je ne sais même pas comment je vais commencer !
Régulièrement les questions fusent, les besoins de réassurance et de méthodes apparaissent.
- Et vous voulez que je parle de moi ? Vous êtes sûr ? C’est trop intime !
- Non c’est personnel. Parler de soi n’est pas interdit, dites-moi donc simplement qui êtes vous ?

L'adhésion à un atelier d'écriture demeure une étape délicate. Expliquez-nous comment démarrez-vous vos ateliers d’écriture ? Avez-vous trouvé des accroches originales ? Un discours qui rassure ?

Cordialement. Au plaisir de vous lire.
Jocelyne Barbas
http://www.cours-ecriture.org
http://www.esprit-livre.com

_________________
Jocelyne Barbas - Ecrivain, Formatrice Professionnelle d'Adulte, Correctrice d'édition
Site pro : http://www.esprit-livre.com - contact@esprit-livre.com
avatar
Admin
Admin

Messages : 90
Date d'inscription : 23/05/2009
Age : 55
Localisation : Quinçay (Poitiers) Poitou-Charentes - FRANCE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.esprit-livre.com

Revenir en haut Aller en bas

Monologue sur un forum

Message  Admin le Dim 3 Oct - 17:17

Bonjour cher Internaute de passage,

Comme les 250 personnes qui t'ont précédé, tu as lu mon questionnement personnel sur "comment démarrer un atelier d'écriture."
Tu songeais sans doute avoir une réponse unique, une recette infaillible. Or il ne s'agissait que du début d'un récit d'analyse de pratique. A ce stade, il y a encore beaucoup plus de questions que de réponses.
Les questions invitent à la réflexion et à l'échange. C'est précisément ce que j'espérais en écrivant ces lignes.

Peut-être que je publierai plus tard cette analyse de pratique. Je ne suis pas sûre de le faire.

Puisqu'il s'agit de tout donner sans rien recevoir... ce n'est pas très attractif pour moi non plus.

L'absence de réponse est à moi aussi mon poil à gratter. Sans doute que je suis trop imprégnée de l'esprit des ateliers d'écriture, qui eux n'existent qu'à travers les échanges et l'activité de chacun. Pas de chacun pour soi, pas de producteur ou de consommateur, pas d'anonymat complet - si cher à l'internet. Juste des êtres humains qui ont envie de communiquer, de s'exprimer, d'apprendre et de comprendre.

Alors, j'espère que d'autres partagent cet état d'esprit et je pose à nouveau ma question.

Qu'est-ce qui peut, selon vous, générer l'adhésion des membres d'un atelier d'écriture à un projet commun ? Quelles sont vos expériences en ce domaine ?

A vous lire... peut-être.
JB


_________________
Jocelyne Barbas - Ecrivain, Formatrice Professionnelle d'Adulte, Correctrice d'édition
Site pro : http://www.esprit-livre.com - contact@esprit-livre.com
avatar
Admin
Admin

Messages : 90
Date d'inscription : 23/05/2009
Age : 55
Localisation : Quinçay (Poitiers) Poitou-Charentes - FRANCE

Voir le profil de l'utilisateur http://www.esprit-livre.com

Revenir en haut Aller en bas

puisqu'il s'agit de démarrage, je me lance

Message  Marie le Jeu 4 Nov - 13:32

Bonjour Jocelyne, tout particulièrement, puisque n'a osé prendre le sujet.

Les mots qui sont venu derrière démarrer sont : étincelle, démarrage et vous pouvez écrire, on tourne.
Et comme il s'agit d'atelier, c'est du "dur", de la pratique, du faire, de l'écrire.

Étincelle, pour allumer un feu qui va partir à grande vitesse. donc une pratique qui ne demande pas de réflexion, qui demande l'immédiat.
Pour mon premier et pour l'instant, unique démarrage d'atelier, Yoga et écriture, voilà comment je l'ai pensé et comment cela s'est passé.
il fallait passer d'une séance de yoga à l'écriture dans un esprit de présence à soit. Le plus simple pour moi était de passer par le geste, la calligraphie. et donc j'ai demandé aux participantes (que des femmes!) de peindre sur le support qu'elle voulait le mot qui venait à elle à la sortie de cette séance de yoga.
Je craignais d'avoir des moues exprimant une déception : je suis venue ici pour écrire non pour faire l'enfant.
J'ai été surprise des exclamations de joies et de plaisirs que j'ai entendues. Elles disaient aux contraires de mes mauvais pressentiments, super on va s'amuser.
Certaines ont voulu écrire plusieurs mots, une autre a fait du découpage...
Cela a été ensuite facile de partir sur l'écriture du ressenti de cette séance de yoga.

Cela a été tellement facile que je me suis même demandée si quoique je fasse, cela ne se serait pas passé avec le même enthousiasme.


Je me dit que chaque séance d'atelier a aussi un nouveau démarrage, en tous cas le temps de l'installation d'une confiance.

Toute petite contribution à ce sujet complexe et essentiel.
avatar
Marie

Messages : 66
Date d'inscription : 22/11/2009
Age : 60
Localisation : Agadir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Démarrer un atelier d'écriture

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum